Ok

By continuing your visit to this site, you accept the use of cookies. These ensure the smooth running of our services. Learn more.

jueves, 09 junio 2011

Jean & Béatrice

comédia dramática, amor, soledadResultó simpática esta pieza de teatro. Mirando en la Internet he descubierto que hay muchas compañías de teatro que la han presentado y la presentan en los países de habla francesa. Es de una actriz, dramaturga, crítica y novelista canadiense nacida en 1949 según la Wikipedia. El texto es interesante pues explora los diferentes clichés sobre el amor. Los personajes al contrario son dos solitarios un poco patéticos que se encuentran por el azar de un anuncio callejero con recompensa. Está viene escrita pues lo mantiene a uno pendiente de lo que va a pasar en esa situación tan grotesca. Explota muchos estereotipos como por ejemplo la manzana de Adán, la fama que tienen las mujeres de habladoras o los hombres de materialistas y, al contrario, retraídos. Los actores actúan bien. Comparando con otras actuaciones que vi en Youtube, me parece que son buenos. Al final uno no sabe qué es el amor, pero no importa, al menos tuve distracción y material para pensar.

Jean et Béatrice
de Carole Fréchette
Avec Brigitte Rosset et Anthony Mettler
Mise en scène : Georges Gerreiro
Une production de la Cie Baraka

du 7 au 26 juin 2011
du mardi au vendredi à 20h30; samedi et dimanche à 19h
relâche: les lundis et le 12 juin

Durée du spectacle : 1h30

Dans son appartement au trente-troisième étage d’une tour, Béatrice attend l’homme qui la délivrera de sa solitude. Elle fait passer une annonce promettant une forte récompense à l’homme qui saura l’intéresser, l’émouvoir et la séduire. Jean, un chasseur de primes expérimenté, se soumet aux trois épreuves par appât du gain. Mais Béatrice hausse les enchères : il s’agit en fait d’inventer l’amour. L’appartement se transforme en piège, la rencontre devient un duel. Tour à tour, Jean et Béatrice mettent en scène les gestes de l’intimité, miment les échanges de confidences, les disputes et les réconciliations, le partage du quotidien et l’usure du temps. Suffirait-il de croire à l’amour pour le faire exister ?

Carole Fréchette est une auteure québécoise de réputation internationale. En 2002, la SACD lui a décerné le prix de la Francophonie qui soulignait le rayonnement de son œuvre dans l’espace francophone ; la même année, elle a reçu le prix Siminovitch à Toronto, une des plus importantes récompenses théâtrales du Canada.

http://www.alchimic.ch/

jueves, 07 octubre 2010

Bolívar: fragmentos de un sueño

bolivar.jpgVale la pena ver la nueva pieza de teatro dirigida por Omar Porras con textos de William Ospina. Está bien puesta en escena con mucha animación en un escenario al fin y al cabo simple y con sorpresas. Es la tercera pieza de Porras que veo y me ha gustado. No tiene las máscaras ni las voces deformadas de las otras dos pero sigue siendo igual de divertida. El tema es la vida del Libertador Simón Bolívar insistiendo en las contradicciones de la gente de su tiempo que al igual que lo veneró, también lo detestó para después de muerto volver a darle la importancia histórica que se merece así sus ideales no hayan sido alcanzados sino traicionados. Lo deja a uno pensando en lo efímera que es la vida así la persona sea un desconocido o un personaje histórico. Interesante. No se la pierdan.

Bolivar : fragments d'un rêve
Texte William Ospina / Mise en scène et adaptation Omar Porras
Teatro Malandro
Du mardi 28 septembre au dimanche 10 octobre 2010 à 20h30 (les dimanches 3 et 10 oct., à 17h, relâche le 4)
Théâtre
Durée 1h40
Tarif C

En Amérique du Sud, il est le Libertador. Raconté par la plume de l'écrivain William Ospina, son dernier voyage le long du fleuve Magdalena prend les allures d'un poème épico-musical. Un spectacle qui marque les 20 ans du Teatro Malandro, troupe en résidence à Meyrin.

« Il faut parler du mythe. Remonter non seulement aux sources d'Omar Porras, mais aux sources du théâtre, de l'histoire. » Omar Porras

En Amérique du Sud, il est le Libertador. L'homme qui, dès 1813, lutta pour l'indépendance d'un continent sous le joug des colons espagnols et dont les statues fleurissent aujourd'hui de Paris à Buenos Aires. Une icône et un symbole. Pour cette version 2010, le Simon Bolivar du Teatro Malandro, Hercule des temps modernes, affronte une série de péripéties qui sont autant de pierres à l'édification de son mythe. Seul face à son destin, accompagné ici par des musiciens, là par des figurants.
Raconté par la plume de l'écrivain William Ospina, ce dernier voyage le long du fleuve Magdalena prend les allures d'un poème épico-musical dans la mise en scène et adaptation d'Omar Porras. Une odyssée phénoménale et envoûtante nourrie de compositions originales, de mélodies et chants inspirés de musiques vallenatos et llaneras. Un spectacle qui marque les 20 ans d'une compagnie en résidence au Théâtre Forum Meyrin depuis 2003.

Ce spectacle s'inscrit dans l'abonnement commun Théâtre Forum Meyrin / Théâtre de Carouge / Théâtre Le Châtelard

Spectacle en espagnol surtitré en français

http://www.forum-meyrin.ch/spectacle/bolivar-fragments-d-...

viernes, 01 octubre 2010

El prejuicio vencido

LePrejugeVaincu.jpgAcabo de ver una pieza de teatro del siglo XVIII pues se estrenó el 6 de julio de 1746. Es una comedia de Marivaux en la que trata del prejuicio de nacimiento. Un noble no puede casarse con un burgués. La puesta en escena es de Jean-Luc Revol, actor y director de teatro que ha recibido el pretigioso premio francés Molière. La representación está trasladada a los años sesenta y me parece muy bien lograda. La están dando en Ferney-Voltaire este fin de semana. No se la pierdan.

Le Préjugé vaincu

Du 29 septembre au 3 octobre à 20h30

Comédie de Pierre Carlet de Chamblain de MARIVAUX
Théâtre du Caramel fou
prix des places: 15 €, tarif réduit: 12 €

Mise en scène : Jean-Luc Revol (Molière 2007)
Avec : Olivier Broda, Marie-Julie de Coligny, Louise Jolly, Cédric Joulie, Anne-Laure Pons
Costumes : Aurore Popineau
Scénographie / lumière : Emmanuel Laborde
Chorégraphie : Armelle Ferron
Régie générale : Gilles Gaudet

Spectacle proposé dans le cadre de la saison Voltaire 2010 avec le concours financier de la Ville de Ferney-Voltaire, la Communauté de communes du Pays de Gex, le Département de l'Ain et la Région Rhône-Alpes

Dorante aime Angélique. Le premier est roturier, la seconde aristocrate. Sur une intrigue classique, Marivaux construit l'une des pièces qui, avec le Mariage de Figaro et le Barbier de Séville, ébranlèrent le plus les conventions sociales de l'Ancien Régime. Pièce en un acte peu jouée depuis le XVIIIe siècle, Le Préjugé vaincu fut, et pour cause, l'un des plus grands succès du dramaturge. Transposée à la veille des années 60, la pièce devient, avec la mise en scène de Jean-Luc Revol (Molière 2004), un bijou de théâtre décalé. Parfaitement restitué par des comédiens à l'enthousiasme communicatif, le texte de Marivaux se prête à merveille aux codes sociaux de la France des années 50. Avec un ciel à la Magritte en toile de fond, des costumes jaune canari, violet, rose bonbon et un fond sonore dédié au mambo, les personnages de Marivaux travestis par Jean-Luc Revol se coulent avec bonheur dans la France de l'avant « mai 68 ». Pour en savoir plus : www.theatrecaramel.asso.fr

Spectacle tout public
Durée : 1h30

22:50 Anotado en Teatro | Permalink | Comentarios (1) | Tags: comedia, marivaux